Invitation au voyage...

Comme vous le savez sans doute, la Casa de Dom Inácio a été au coeur de la tourmente suite aux allégations d’abus sexuels envers médium Joao en décembre 2018 et son arrestation quelques jours plus tard.

   

J’ai aujourd’hui l’élan de vous partager l'expérience de mes trois derniers mois à Abadiania, depuis l’impressionnant raz-de-marée de fin 2018 jusqu'à mon retour en Belgique.

   

Je viens de reprogrammer deux nouveaux voyages à Abadiania :

   

* du 15 au 27 juillet (pour tous), et

* du 12 au 24 août (celui-ci sera un voyage entre femmes).

   

C’est donc, vous vous en doutez, que je ressens le lieu comme toujours incroyablement porteur, à parler vrai, je le ressens plus porteur que jamais.

   

Oui je repars au Brésil et je serais très heureuse si vous sentez l’élan de m'y rejoindre et que je vous accompagne lors de votre voyage 🙂

   

Les trois mois que j’ai passés à Abadiania ont été pour moi très intenses et extrêmement riches. Comme chacun qui était appelé à ce moment-là à Abadiania, je me suis sentie à ma juste place. J’ai très vite perçu que l’opportunité de la crise était énorme! Sur le bord d’une vaste étendue d’eau profonde, une bourrasque inévitable venait de me faire plonger dans un espace intérieur où je pouvais voir et accueillir ce qui voulait être libéré. Et chacun était invité à faire son propre plongeon. En ce qui me concerne, et ce fut le cas de nombreuses femmes, il était évident que les événements étaient un catalyseur puissant pour aller guérir encore plus profondément le féminin blessé en moi et collectivement. J’avais déjà programmé un voyage entre femmes pour février et, après un questionnement sur la justesse de le maintenir, la réponse qui apparu était un grand OUI ! 

   

Voici mon regard sur cette période à Abadiania…

   

Tout d’abord j’ai senti que je vivais un choc. Ma sensibilité, mes réactions physiques et émotionnelles, mes moments de prise de conscience, ma vision, mes compréhensions, mes élans, … tout était à son paroxysme et c’est dans le silence et l’écriture que je me suis réfugiée en conscience durant trois semaines. Il était primordial de prendre soin de tout ce qui était ébranlé en moi. Très vite, l’évidence était que ma voix allait devoir se délier pour que le son de toute la répression (qui était mienne et la répression collective) puisse se faire entendre. Le moyen le plus adéquat qui s’est imposé à moi fut d'abord l’écriture… Puis, plus tard, le chant, la célébration des émotions et de la Vie et également le déploiement du son, le son primordial, le son oublié, le son de la colère, de la rage, celui qui est était enfui et recouvert par les traumas et les silences protecteurs.

   

Durant toute cette période, j’ai aussi éprouvé (et j’éprouve encore aujourd’hui) beaucoup de compassion pour toutes les personnes qui ont souffert et qui souffrent encore aujourd’hui de la situation.

   

Concomitamment à ce travail de libération de mon âme, et progressivement, je suis sortie du cocon de ma chambre et j’ai vu, en l’espace de trois mois, Abadiania s’ouvrir... S'ouvrir car lorsqu’on est face à l’insupportable, la conscience et le coeur sont invités à s’ouvrir davantage à la réalité mystérieuse de la Vie. C’est le cadeau de l'initiation. La transformation, la résurrection qui suit la crucifixion. Abadiania aurait pu sombrer dans la dépression, mais les êtres incarnés, soutenus par les êtres de lumière ont fait un travail de renaissance à quelque chose de plus vaste. Repousser les limites et ouvrir à plus de possibles. Créer du nouveau. 

   

De mon point de vue,

   

Pour qui l’âme est prête à recevoir, les soins des Entités (sans la présence du médium) sont, depuis décembre, extrêmement puissants. Les opérations spirituelles ont toujours lieu. Le travail des Entités est incroyablement soutenant et transformateur pour celui ou celle qui s’est mis en marche vers sa nouvelle naissance.  Abadiania est un petit monde à l’image de notre microcosme intérieur. Toutes les parts sombres sont-elles vues et accueillies avec Amour ? Sentez-vous que nous sommes dans l'espace Ô combien sacré de la transition, que nous participons au grand passage d’un monde à un autre, et que ce changement est d’abord intérieur? Je ressens qu'Abadiania est un lieu sur la planète qui reflète, polarise, transmute, libère et favorise le basculement.

   

Chacun est invité à devenir vraiment responsable de lui-même, à se réapproprier son pouvoir, à ne plus s’en remettre à "un extérieur qui sait". Tout cela sent le frais et la liberté. Une liberté retrouvée et responsable. Et au creux de cette terre fraîche et labourée, les âmes ont commencé à créer, à ressentir l’énergie de Vie qui nous met à l’oeuvre à travers sa création. Oui, Abadiania renaît. Le féminin sacré prend sa place, les visages sourient, le joie se lit sur les visages et les liens de coeur sont plus vivants. 

De retour en Belgique, je ressens à quel point je suis accompagnée, toujours, à quel point le silence et la Foi viennent nourrir chaque jour un peu plus mon coeur, à quel point je suis guidée et aimée dans la poursuite de mon travail de transformation.

   

Alors oui, la Casa est ouverte, les Entités travaillent et nous soutiennent plus que jamais. L’émergence du renouveau est à nos pieds, dans le monde et dans nos mondes intérieurs. 

   

Les Entités nous invitent et je serai ravie de vous accompagner dans VOTRE voyage créatif à la découverte de qui vous êtes.

   

Un dernier petit mot qui me tient profondément à coeur… Le voyage entre femmes est pour moi une évidence et un élan d’amour et de partage qui me fait vibrer. Chères soeurs, j’espère que vous résonnerez à l’invitation, à la puissance du féminin dans toute sa splendeur, à la joie de la sororité, à l’appel de la rencontre intime de toutes nos parts féminines 🙂

   

De tout <3,

   

Christelle